L'amour brille sous les étoiles"

Publié le par Banana Strings

Pré-scriptum : ma connexion internet est toujours très aléatoire, et en plus je croule sous le boulot. Alors voilà juste un petit article récré pour avoir ma dose hebdo de blog.

"L'amour brille sous les étoiles d'une étrange lumièèèère-euh". Quand j'étais (pré) ado, j'écoutais cette chanson tirée de la bande originale du Roi Lion en rêvant à mon Prince Charmant qui viendrait bientôt m'enlever dans son cabriolet blanc pour aller me rouler des pelles dans la lueur de la nuit.

Je suis devenue beaucoup plus pragmatique depuis.

Il y a quelques semaines, des amis proches se marient. Rien à signaler ou presque : on a eu légère frayeur que le mariage soit annulé pour cause de mairie fermée (ces rigolos ont fini par arriver avec une heure de retard, j'ai bien cru que les mariés allaient les lapider), j'ai fait un malaise au cours de la messe (tomber dans les pommmes et se réveiller allongée dans une nef d'église fait un drôle d'effet, je vous assure), et la première confrontation a eu lieu entre Lewis et mon ex (Lewis ne lui a même pas cassé  la figure, donc tout va bien).

Un peu épuisée par toutes ces émotions, je me recharge à grands coups de petits fours tandis que Lewis carbure au champ'. Il fait beau, il fait chaud, bref c'est le bonheur. Nous dissertons sur les nombreux buissons qui parsèment qui la propriété où a lieu la réception, et on accuse ceux qui ont la mauvaise idée de disparaître quelques minutes d'être allés commettre les pires horreurs dans les fourrrés (ce genre d'humour, c'est fin, ça se mange sans faim).

L'heure avance et la soirée aussi, nous passons à table, diffusons nos photos compromettantes sur les mariés, picolons à foison, et nous levons entre les plats pour aller digérer pour les gourmands, fumer pour les fumeurs, et s'embrasser en privé pour les amoureux.

J'attire Lewis dehors : "Viens, viens, on va un peu à l'écart". "Non Banana ! On ne va pas niquer dans les buissons" me répond ce goujat "en plus j'ai trop mangé". Je prends mon air le plus innocent et l'assure de la pureté immaculée de mes intentions.

On s'assoit sur un muret, je commence par lui faire des calins tous mignons tous tendres et puis, ô surprise ! Enfer et damnation, ma main dérape et m'échappe, court sur l'entrejambe du Lewis ravi. Oups, sa main s'égare également, et il faut avouer que tout à coup nos calins ne sont plus exactement mignons (quoique toujours très tendres).

C'est officiel, nous sommes à présents comme des castors en rut, à la recherche du lieu idéal pour la reproduction. Il fait nuit, les ombres des arbres s'étendent sur la pelouse de la grande propriété. Les buissons ont des épines donc ne nous tentent guère (j'ai de multiples perversions dont le SM ne fait pas partie). On s'avance un peu, mais le terrain est clôturé et l'escalade de grillages en talons hauts et jupe en soie ne nous semble pas être une idée très pertinente, surtout à cette heure et dans notre état d'alcoolémie avancée.

 A une cinquantaine de mètres au maximum des convives les plus proches, je m'allonge dans l'herbe. Le Lewis, si sage il y a quelques instants, me regarde un instant l'air de dire "Tu n'as pas l'intention de faire ça?" avant de s'allonger tout doucement sur moi. Juste avant, son pantalon a glissé le long de ses hanches. Il soulève très délicatement mon string sans me le retirer.

Et nous voilà en plein acte sexuel à visée non reproductrice sous le ciel étoilé, à entendre les bruits de la fête, à surveiller qu'aucun couple n'ait eu la même idée que nous pour éviter l'effet partouze, à contrôler qu'aucun petit malin avec un appareil photo en poche ne vienne immortaliser cet instant. Le ciel est rempli d'étoiles, la fête bat son plein à côté, la tension est à son comble. La situation est particulièrement excitante, quoique stressante, j'ai peur de ne pas réussir à jouir. Mais Lewis est tenace et parfait, je finis par oublier complètement tout ce et tous ceux qui nous entourent. Libération simultanée d'endorphines.

Nous nous allongeons, épuises mais heureux, dans l'herbe humide (qui était déjà humide, et de rosée je précise, avant notre passage). Un petit souci technique se pose au moment de se relever, puisque Lewis et moi, après les tests réglementaires, avons arrêté la capote depuis quelques mois déjà, avec tout ce que cela suppose quant à l'après éjaculation. Je retire mon string pour éviter de lui faire subir à son tour les derniers outrages, et après quelques minutes, nous gagnons aussi discrètement que possible les toilettes.

Ultime vérification : pas de brin d'herbe dans la coiffure, pas du suçon apparent, ni vu ni connu nous rejoignons les copains. Manque de chance, ça fait une demi-heure qu'ils nous cherchaient, et ils nous comprennent instantanément la raison coupable de notre petite escapade. Conclusion : Lewis ment mieux que moi, et on est grillés à vie auprès de nos potes. Ca le fait d'autant moins que deux mariages sont encore prévus au sein de cette bande pour 2007.

Qu'ls se rassurent : le prochain c'est en février, et j'ai horreur d'avoir froid aux fesses. Promis, on ne fera des cochonneries que dans un endroit chauffé.

Publié dans Qu'en disent-ils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mrfish au boulot...^^ 28/06/2006 14:48

bon, ben avec du retard, bon anniversaire... Bisous

VideSentimental 26/06/2006 10:10

c'est aujourd'hui qu'elle faite ses 30 ans! :p
Mais pourquoi on me dit jamais rien à moi?!

Bonne ANniversAire! NA!

kyrieleve 26/06/2006 09:45

*toussotte* Hum hum ...

BON ANNIVERSAIRE !!!!

*sourire*

Karma 23/06/2006 23:44

C'est dégoutant! berk! Berk et re-berk!
Au fait, Lewis à la queue plate? Hein, parce que les castors...bon..oui, je me dissous dans ma médiocrité...pcccchhh

lambchop 23/06/2006 20:36

Je n'ai jamais assisté à un seul petit mariage de ma toute petite vie...ho, ça se passe toujours comme ça ? ça m'interesse d'un coup !